Accueil > Toute l'actu...
LES ENFANTS AU SAHARA

Le 12/12/2007

Idées farfelues ?
Novembre 2006 :
Un grand père décide de fêter ses 70 ans en invitant ses cinq filles et tous ses petits-enfants vivre une randonnée chamelière dans le sud algérien.
8 adultes et 11 jeunes de 5 à 15 ans vont vivre une semaine en famille à travers le tassili des Ajjers, au rythme lent des chameaux, de gueltas en dunes, de canyons en bivouacs... Sur ces gros blocs de gré, quelques pas d'escalade, un rappel pendulaire partagé avec les rires des Touareg.
Les chameliers sont aux petits soins devant ces enfants pleins d'enthousiasme !
Et le dernier soir, une fantastique course de chameaux devant les yeux émerveillés de ce petit groupe avec un grand méchoui ! Du jamais vu pour eux.
Février 2007 :
Trois familles amies décident de partir 2 semaines en méharée à l'Est de l'Aïr, au Niger. 6 adultes et 7 jeunes de 8 à 15 ans.
Passionnés de rugby, ils emmènent deux ballons ovales ! Incongru ? Les Touareg n'ont jamais vu çà.
Mais au bout de quelques jours, dans la caravane, quand vient le soir, le pas des chameaux se fait plus pressant et les chameliers ont le sourire en coin, sous leur grande taguelmoust * bleue.
Et aussitôt le campement installé, un terrain est dessiné dans le sable avec des bouts de bois en guise de poteaux. Tout le monde est prêt.
Et surprise pour nos rugbymen, la question est de taille ; comment plaquer Casso, Boubaker ou bien Alhousseini, lorsqu'ils ont le ballon et qu'ils courent si vite dans le sable aplatir l'essai dans le but adverse ?

Au-delà de ces instants magiques d'échanges d'enfants avec le monde des hommes du désert, il semble que ces jeunes privilégiés au grand sens du terme, vont vivre au plus profond d'eux même un moment essentiel qui devrait être au programme scolaire.

Connaître l'Autre, partir au-delà des clichés, découvrir la marche de la lune et des étoiles en dormant dehors, compter les étoiles filantes, s'apercevoir que le Noir de la nuit n'est pas si sombre, vivre sans douche et sans toilettes aseptisée, brûler son papier hygiénique pour respecter les suivants, économiser le bois et l'eau, cuisiner dehors, égorger une petite chèvre (pas facile pour ceux qui ont oublié la campagne), vivre enfin sans portable, sans télé, sans ordinateur, sans résultats scolaires !
Et s'apercevoir que pas l'ombre d'un ennui n'est venu ternir les vacances...

En rentrant à la maison, le "travailler plus pour gagner plus" va tellement paraître désuet !

Puissiez-vous, parents, prendre votre enfant par la main pour le mener vers d'autres horizons ! Il en gardera, au fond de lui-même, une énergie insoupçonnée.
Et si le prix est parfois cher, un écran plat aussi, mais l'image est tout autre !
Bon voyage

Michel Zalio


* Taguelmoust : cheche en Tamashek, langue touarègue.